Peut-on conduire avec une capsulite ?

Dernière mise à jour : 23 avr.

La capsulite rétractile est une maladie invalidante qui touche le membre supérieur et plus particulièrement l'articulation de l'épaule.


Cette pathologie de l'épaule, bénigne mais douloureuse, est bien souvent incompatible avec de certains mouvements articulaires de la vie quotidienne : se coiffer, faire le ménage, travailler, agrafer son soutien-gorge pour les femmes.

Ces petits gestes se révèlent douloureux, voire impossibles.


La personne souffre d'impotence fonctionnelle et les douleurs à l'épaule sont permanentes. Elle contraignent la personne à une immobilisation forcée.


Mais nombreux sont ceux qui se posent la question : peut-on conduire lorsque l'on est atteint d'une capsulite rétractile de l'épaule et si oui dans quelle mesure ?



 

La limitation du mouvement

La capsulite rétractile se caractérise par une limitation de toutes les amplitudes de mouvement de l'épaule , et particulièrement l'élévation du bras et la rotation externe.


Autrement dit : la position antalgique (c'est à dire qui soulage la douleur) consiste à garder le bras et l'avant-bras en adduction rotation interne (contre le corps, coude en flexion)


Lors de la 1ère phase d'évolution de la maladie, l'épaule est encore souple mais les mouvements provoquent des douleurs à l'épaule, particulièrement les mouvement brusques.


Lors de la 2ème et la 3ème phase, la raideur est de plus en plus présente et la douleur diminue. Ceci est du à la rétraction de la capsule articulaire qui réduit le volume de la cavité capsulaire.


Mais cette raideur articulaire empêche tout mouvement ample. L'épaule n'est plus fonctionnelle : on appelle ça l'épaule gelée.


La conduite peut donc paraitre compliquée car lever les bras et positionner ses mains à 10H10 sur le volant (comme préconisé dans les guides de conduite automobile) est difficile.

La solution serait donc, à la limite, de tenir son volant par le bas à 8h20, tout en sachant que ça n'est absolument pas recommandé dans le cadre de la sécurité routière.


En ce qui concerne le levier de vitesse : si c'est le bras droit qui est atteint, la manœuvre parait, là aussi, compliquée : positionner sa main sur le levier implique une abduction rotation externe du bras, coude au corps, et ce mouvement fait partie de ceux les plus difficiles à réaliser en cas de capsulite de l'épaule.

La douleur à l'épaule droite peut alors être intense et constituer une gêne à la conduite.


De plus, dans la conduite automobile, il s'agit de mouvements répétés continuellement.


Enfin, il est noter qu'en cas de capsulite, les muscles de la coiffe des rotateurs (muscles de l'épaule) fondent, ce qui rend la tâche d'autant plus compliquée.


Connaissez-vous My Capsulite© ? Le programme d'accompagnement entièrement dédié aux personnes atteintes de capsulite à l'épaule


my capsulite

La douleur

Au delà de l'amplitude de mouvements de l'épaule, la douleur à l'épaule, en elle même peut être un frein à la conduite en toute sérénité en cas de capsulite de l'épaule.


En effet, avoir mal à l'épaule constitue une gêne non négligeable quant à la concentration.


La douleur de l'épaule est une douleur aiguë et peut obnubiler, au point d'être moins attentif à la sécurité routière et donc de conduire moins prudemment.


Les traitements

Lorsqu'on est atteint de capsulite rétractile de l'épaule, on est possiblement sous traitement médical anti-inflammatoire et antalgique pour soulager la douleur.


Les antidouleurs forts sont bien souvent déconseillés pour la conduite car ils provoquent des troubles de la vigilance.


Il est important de consulter la notice de vos médicaments pour vous assurer que vous pouvez conduire avec votre capsulite.


Les médicaments antalgiques opioïdes et anti-inflammatoires qui sont déconseillés pour la conduite portent ce logo sur la boite :


conduire avec une capsulite

La fatigue

La capsulite de l'épaule est une maladie où le sommeil est perturbé par la douleur et par la difficulté de trouver une position confortable.


L'épaule douloureuse provoque des insomnies et un épuisement physique et mental.


Les personnes souffrant des épaules manquent en général d'un sommeil suffisamment réparateur pour être vigilants sur la route.


La somnolence au volant est un facteur accidentogène important.


En conclusion :

Peut-on conduire avec une capsulite rétractile ? Il n'y a pas vraiment de réponse préconçue à cette question car il faut envisager les choses au cas par cas.


Posez-vous ces questions avant de prendre votre décision :

  • Suis-je sous traitement qui entrave la vigilance et donc la conduite ?

  • La douleur est-elle supportable ? Est ce que la douleur perturbe mon esprit et ma vigilance ?

  • Mon amplitude de mouvement est-elle suffisante pour pouvoir étirer mon bras suffisamment pour rectifier la trajectoire de la voiture brutalement au besoin ?

  • Suis-je épuisé au point d'être possiblement somnolent au volant ?

  • Qu'en dit mon médecin traitant / mon rhumatologue ?

  • Qu'en dit mon kinésithérapeute / mon ostéopathe ?

  • Ai-je un long trajet à faire ?

  • A quel stade de la maladie est-ce que je me trouve ? (En phase inflammatoire, mieux vaut favoriser le repos éviter toute source de mouvement qui entretiendrait l'inflammation synoviale)

La conduite en cas de capsulite de l'épaule est possible, mais pas pour tous, c'est ce qu'il faut retenir ! Tout dépend du niveau de douleur, du niveau de fatigue et de la mobilité de l'épaule.


Vous êtes atteint d'une capsulite de l'épaule ? Vous souhaitez avancer ? Découvrez le programme My Capsulite©, le 1er programme d'accompagnement individualisé de la capsulite rétractile de l'épaule.




777 vues0 commentaire
Manon Vitte.jpg

A propos de l'auteure

Je suis Manon Vitte infirmière et naturopathe. Je suis la créatrice du site My Capsulite© et du programme My Capsulite© : le 1er programme d'accompagnement individualisé de la capsulite rétractile de l'épaule.